Jeunes et Inclusion active – ACINA

Permettre aux jeunes migrants de trouver leur place sur le marché de l’emploi en France est un défi que notre association souhaite contribuer à relever.  Notre société doit donner l’opportunité à chacun de pouvoir y développer ses talents et son projet de vie. Dans le cadre de notre premier projet consacré aux habitants des bidonvilles /squats en Région Île-de-France, ACINA se propose de mettre en place des actions spécifiques en faveur de l’inclusion active des jeunes, en étant attentive à toutes idées novatrices qui puissent aboutir à la réalisation de cet objectif.

L’inclusion active consiste à permettre à chaque citoyen, y compris aux plus défavorisés, de participer pleinement à la société, et notamment d’exercer un emploi.

Définition de la Direction générale Emploi, affaires sociales et inclusion de la Commission européenne.

 

Sans titre

 A partir de ces constats,  ACINA s’engage à :

  • oeuvrer en faveur de l’empowerment de ces jeunes,  étape indispensable à leur entrée dans la vie sociale et professionnelle;

  • développer un processus d’accompagnement professionnel personnalisé et créatif qui accroit la capacité d’insertion socio-professionnelle de ces personnes;

  • tenir compte des conditions de précarité dans lesquelles vivent ces jeunes en mettant parallèlement en place un accompagnement socio-administratif efficace;

  • impliquer les jeunes dans toutes les étapes de la construction de leur projet professionnel.

    ________________________________________________________________________________________________________

[1] Seuls 15% des jeunes Roms adultes ont terminé leur études secondaires générales ou professionnelles d’après l’enquête sur la situation des Roms dans 11 Etats membres de l’UE de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne.

Sources et références :

  • L’initiative européenne pour la jeunesse (IEJ)
  • Garantie européenne pour la jeunesse, selon la recommandation du Conseil de l’Union européenne du 22 avril 2013
  • Règlement FSE n° 1304/2013 du Parlement européen et du Conseil (du 17 décembre 2013)

Partenaires financiers