Projet PASI : inclusion sociale et participation à l’échelle européenne

  • Post author:
  • Post category:Nouvelles

Inclusion et participation : l’innovation sociale à l’échelle européenne

Accueillir les nouveaux arrivants et les accompagner dans leur parcours d’insertion sociale et professionnelle suppose un patient travail de terrain et une connaissance fine des dispositifs. Mais au-delà de ces prérequis, il n’est pas toujours aisé de laisser une véritable place aux personnes accompagnées dans la réflexion et la construction des projets d’inclusion. C’est tout le propos de PASI, un projet européen qui vise à décloisonner les pratiques des acteurs de l’inclusion sociale et remettre la participation de l’ensemble des parties prenantes, et notamment des premiers concernés au cœur de l’élaboration et de la mise en place des programmes. 

 

France, Espagne, Italie : 5 perceptions de la participation

PASI (Participatory Actions for Social Inclusion), financé par Erasmus+, regroupe ainsi 5 organisations : Quatorze, Finacoop, Emplea, Zalab et ACINA, originaires de 3 pays différents. Elles se sont réunies une première fois du 13 au 15 novembre 2019 à Alicante (Espagne) pour le lancement du projet puis du 18 au 20 novembre 2020 en visio-conférence à l’initiative d’ACINA, appuyée par Quatorze, pour un deuxième “transnational meeting”. Ce dernier a pour but de dégager les meilleures pratiques dans la mise en place de projets participatifs. Et pour accomplir cet ambitieux objectif, il faut tout d’abord créer une grammaire commune. Qu’entend-on par participation? Quels en sont les tenants et aboutissants ? Un premier temps d’échange a permis de mieux cerner les différentes acceptions du terme et la manière dont les acteurs de terrain  impliquent les publics qu’ils accompagnent et les différentes parties prenantes (décideurs, pouvoirs locaux, acteurs de l’emploi, entreprises du territoire, bénévoles, etc.). En effet, de la prise de contact à l’autonomisation en passant par l’information et la définition commune d’un plan d’action, les étapes sont nombreuses pour les personnes comme pour les accompagnants. Fixer cette grammaire commune de la participation est donc une tâche de longue haleine.

 

Inclusion et parties prenantes : créer une méthodologie participative innovante

Le projet PASI vise à structurer une méthodologie participative notamment applicable aux projets de résorption de lieux précaires et d’habitat indigne. Les partenaires du projet ont ainsi pour ambition de modéliser une stratégie d’action adaptable à des situations variées, tout en jouant sur les différentes échelles d’intervention (au niveau de l’environnement global, du groupe, de la famille et de l’individu). A travers une approche transdisciplinaire et l’étude de cas pratiques de projets de développement locaux, PASI a ainsi pour objectifs de définir les bonnes pratiques d’une intervention participative dans le cadre de projets d’inclusion sociale, d’identifier les compétences nécessaires et d’inventer de nouveaux outils de participation. 

L’objectif de ce deuxième transnational meeting était de travailler ensemble, à travers nos visions diverses, sur des cas pratiques de situation rencontrées en bidonville ou squat afin de modéliser nos interventions en remettant la participation des différents acteurs et des habitants au cœur de la méthodologie. Plusieurs intervenants ont permis d’enrichir les échanges et la réflexion. Deux habitantes de bidonville ont ainsi partagé leur vécu, Samir Mile, juriste à la Voix des Roms nous a parlé de Community Organizing, Michael Jacques, chef de projet du Mesnil aux Enfants du Canal et une architecte urbaniste de Oboh nous ont également livré leurs expériences. 

 

Vers une “boite à outils” européenne

Les participants ont également pu échanger sur les différentes facettes de l’inclusion. Les aspects de sécurité, de sanitation, d’inclusion économique (et donc d’autonomisation), d’égalité, d’accès aux droits et aux services sont évoqués. Mais au-delà, il est également question de respect, de diversité, de réalisation de soi… Autant d’éléments qui permettent de dresser un véritable panorama des différents éléments constitutifs du travail des membres du projet PASI. 

Si le chemin à parcourir est encore long, les différents acteurs impliqués ont néanmoins pour ambition de continuer à progresser vers une meilleure compréhension des différentes pratiques autour de la participation. “Mais l’objectif n’est pas d’aboutir à une méthodologie commune. Il est plutôt de compléter notre boîte à outils afin de pouvoir répondre au mieux aux différentes situations” précise Maxime Lopez en charge du projet pour ACINA. L’occasion de mutualiser les solutions et de faire grandir une Europe plus solidaire!

PASI se déroulera au total à travers l’organisation de six transnational meeting, d’un événement multiplicateur et la rédaction d’un manuel.